Les Opérations d’influence chinoises : un moment machiavélien

Avec Paul Charon

Paris, IRSEM, ministère des Armées, 2021

654 pages

ISBN : 978-2-11-155493-1

En libre accès sur https://www.irsem.fr/rapport.html

Résumé en japonais : https://www.sanseito.jp/translation...

Extraits en chinois : https://pourquoi.tw/2021/11/20/les-...

Pendant longtemps, on a pu dire que la Chine, contrairement à la Russie, cherchait davantage à être aimée que crainte ; qu’elle voulait séduire, projeter une image positive d’elle-même dans le monde, susciter l’admiration. Pékin n’a pas renoncé à séduire, à son attractivité et à son ambition de façonner les normes internationales, et il reste essentiel pour le Parti communiste de ne pas « perdre la face ». Mais, en même temps, Pékin assume de plus en plus d’infiltrer et de contraindre : ses opérations d’influence se sont considérablement durcies ces dernières années et ses méthodes ressemblent de plus en plus à celles employées par Moscou. C’est un « moment machiavélien » au sens où le Parti-État semble désormais estimer que, comme l’écrivait Machiavel dans Le Prince, « il est plus sûr d’être craint que d’être aimé ». Ce qui correspond à une « russianisation » des opérations d’influence chinoises.

Ce rapport s’intéresse à cette évolution, avec l’ambition de couvrir tout le spectre de l’influence, de la plus bénigne (diplomatie publique) à la plus maligne, c’est-à-dire l’ingérence (activités clandestines). Pour ce faire, il procède en quatre parties, présentant successivement les principaux concepts ; les acteurs mettant en œuvre ces opérations, notamment la base 311 de l’Armée populaire de libération ; les actions conduites par Pékin à l’égard des diasporas, des médias, de la diplomatie, de l’économie, de la politique, de l’éducation, des think tanks et en termes de manipulations de l’information, entre autres leviers ; et enfin quelques études de cas (Taïwan, Singapour, Suède, Canada, et les opérations ayant visé les manifestants hongkongais en 2019 ou cherché à faire croire à l’origine américaine de la Covid-19 en 2020). La conclusion revient sur cette « russianisation », qui a trois composantes : Pékin s’inspire de Moscou dans plusieurs registres, il subsiste évidemment des différences entre les deux, et il existe aussi un certain degré de coopération. Pour finir, le rapport évalue l’efficacité de cette nouvelle posture chinoise qui peut s’enorgueillir de certains succès tactiques, mais constitue un échec stratégique.

Table des matières

Tables des matières aux pages 3-10 du PDF.

Recensions

"Les Opérations D’Influence Chinoises is the most complete description ever published about Chinese information warfare against the West. (...) This breathtaking study is complete with 200 pages of case studies on Chinese manipulation of information as regards Taiwan, Hong Kong, Singapore, Sweden, and Canada. Their analysis is stunning (...) The level of detail is astonishing. (...) Les Operations d’Influence is a crucial contribution to strategic literature. It is the most important study of public diplomacy in decades. The level of detail, documentation, precision of thought and organization puts this study at the top of its class. It is superior to anything published on this topic in the United States. It should be read by every person following national security who is interested in seeing how the new reality of cyberbased information warfare is shaping current events" (Edward M. Roche (Institute for Cyber Arms Control and Affiliate Researcher, Columbia Institute for Tele-Information) Journal of Strategic Security, 14:4, 2021, p. 111-115)

"Un hallucinant rapport [qui] a mis un sacré coup de projecteur sur la Chine" (La Libre Belgique, 10 décembre 2021, p. 22)

"un tableau instructif des opérations d’influence de la Chine sur les réseaux sociaux" (We demain, 27 octobre 2021)

"The IRSEM report does an impressive job of showing how this change of heart is transforming China’s global networks of covert influence. It notices that China is undergoing a “Russianization” of its influence tactics, adding to its long-standing apparatus for projecting soft power through a wide variety of dark arts, such as disinformation campaigns, cyber-attacks and an increased appetite for covert political interference. The report argues wisely that China has not forgotten its positive agenda : China is big enough to act globally and diversify its tactics" (Ties Dams, Clingendael Spectator, 27 octobre 2021)

"le rapport de l’IRSEM nous ouvre sur des réalités que longtemps on n’a pas voulu voir... les Routes de la Soie, je ne les lis pas aujourd’hui de la même manière qu’avant... ces rapports vont éveiller l’attention des Français et des Européens" (sénateur Etienne Blanc, NTD TV, 17 octobre 2021)

"Nous avons montré lundi 11 octobre dans Le Figaro l’importance des révélations contenues dans le rapport de l’IRSEM. Mais cette somme (...) contient encore une mine d’informations qui méritent d’être portées à la connaissance d’un public averti" (Le Figaro, 16 octobre 2021)

"ce rapport là sera un monument par rapport justement à ce qui se passe aujourd’hui en Chine, avec la Chine et dans les relations internationales concernant la Chine (...). Tous les domaines sont étudiés de manière extrêmement précises avec des données, avec des liens et avec des descriptions et c’est pour ça que je pense que chaque personne qui s’intéresse à ces problématiques, en fonction de son propre domaine de compétence peut y trouver à la fois des informations mais surtout des préconisations. C’est vrai que ce rapport là est d’une extrême qualité" (Françoise Hostalier, ancienne députée et secrétaire d’Etat, NTD TV, 16 octobre 2021)

"Manthorpe told The Epoch Times that he finds the French report “an impressive work.” “So far as the Canadian section is concerned, the IRSEM writers have done a thorough job of reporting the studies and assessments by all the Canadians who have been warning for years about influence and infiltration by agents of the Chinese Communist Party,” he said" (The Epoch Times, 13 octobre 2021)

"A new study of China’s global influence operations, produced by the French military, is taking France by storm. Le Monde, Le Parisien, Le Figaro, L’Express, Libération, the country’s Senate, and others have all covered the 646-page report, most positively and many breathlessly. Breathless is the right reaction to newly discovering the depths of China’s influence operations, which the new report achieves in spades. The report makes three new contributions to the field of Chinese influence operations : the activities of the Chinese military’s secret propaganda department, called Base 311 ; the means through which the Chinese Communist Party (CCP) targets French universities, think tanks, and political parties for influence ; and the key role of the Chinese Communist Youth League (CYL) in the CCP’s attempts at expanding influence among the world’s youth" (The Epoch Times, 11 octobre 2021)

"In the most comprehensive study of its kind, the authors boldly construct a taxonomy of CCP influence operations, including propaganda, lawfare, espionage, and organizational influence tactics. They cover some of the most controversial topics in the field of Chinese politics, including Beijing’s foreign election interference, the capture of foreign elites through trade relations, the CCP’s persecution of the Falun Gong, and the CCP’s attempt to control narratives about global organ trafficking, even as the Party engages in forced organ harvesting from China’s prisoners of conscience (...) The report is getting some press, especially in France, that will hopefully overturn, and wake up, a dangerously sleepy public français. It has received purely positive media coverage, to my knowledge, including in CNBC, The Canadian, France’s RFI, FranceInfo, Le Parisien, and the country’s iconic leftist newspaper, Libération. Singapore’s Straits Times and South Asia’s ANI also applauded the new study. The Epoch Times has published four articles on the report, including one in the Chinese language, all of which are supportive. Several China experts, with whom I communicated, argued that the study is both provocative and accurate." (The Epoch Times, 11 octobre 2021)

"monumental rapport d’enquête sur "les opérations d’influence chinoises" produit par IRSEM. Jamais l’entrisme de la Chine communiste dans nos sociétés ouvertes, nos économies libérales et nos systèmes démocratiques n’avait été décrit et analysé de façon aussi globale et précise" (Le Figaro, 11 octobre 2021)

"Un travail gigantesque et courageux, basé sur des sources ouvertes et en chinois, qui met en lumière les moyens gargantuesques déployés par Pékin pour entraver toute action contraire aux intérêts du PC, imposer sa vision du monde et changer les règles de l’ordre international." (Le Figaro, 11 octobre 2021)

"un impressionnant rapport (...), un rapport aussi volumineux que minutieux sur les opérations d’influence chinoises dans le monde" (L’OBS, 5 octobre 2021)

"je conseille vivement l’enquête édifiante de Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer Les opérations d’influence chinoises, et notamment la partie sur la "russianisation" de la Chine en matière de cyber influence. Pas sûr que l’Europe soit prête pour cette cyber guerre..." (député Pierre-Alain Raphan, Twitter, 4 octobre 2021)

"Un document d’une importance capitale pour comprendre la stratégie de domination mondiale de la Chine" (en italien, Il Sussidiario, 3 octobre 2021)

"Les experts français ont mené l’analyse la plus complexe de l’appareil de propagande chinois. Et les conclusions sont dévastatrices" (en roumain, Capital, 2 octobre 2021)

"Ce rapport, impressionnant par cette foule de détails, de documents, fera date dans la recherche française sur la Chine contemporaine. Il y a désormais un « avant » et un « après » car ce dossier remet les pendules à l’heure et nous aide à nous sortir d’une naïveté à l’égard de cette Chine de Xi Jinping" (Pierre-Antoine Donnet, Diploweb, 26 septembre 2021)

"Ce travail de deux ans dévoile plusieurs opérations de désinformation, comme l’étrange histoire de Larry Romanoff, un prétendu scientifique canadien qui a servi à légitimer le discours de la Chine sur une origine américaine du Covid" (Conspiracy Watch, 26 septembre 2021)

"Le rapport de près de 650 pages, sans doute le plus grand du genre, décrit en détail les instruments de l’influence chinoise" (en tchèque, Sinopsis, 24 septembre 2021)

"un rapport très intéressant" (en chinois, Radio Free Asia, 24 septembre 2021)

"Analyse extraordinaire des opérations d’influence de la Chine" (J. Michael Cole, Twitter, 22 septembre 2021)

"the report is probably the most extensive analysis of China’s propaganda machine ever published in French" (RFI, 22 septembre 2021)

"un rapport de 650 pages d’une ampleur sans précédent démontrant les réseaux d’influence de la Chine" (Le Courrier de l’Ouest, 22 septembre 2021, p. 8)

"A partir de très nombreuses sources chinoises ouvertes, les auteurs ont reconstitué l’architecture de la myriade de départements, bureaux, unités, ministères, ligues de jeunesse et plateformes dédiés à cet objectif à tous les niveaux du Parti, de l’Etat, de l’armée et des grandes entreprises. (...) Les opérations sont pilotées depuis la base militaire 311, située dans la ville de Fuzhou, dont les chercheurs français publient des photos aériennes et ont pu reconstituer l’organigramme. (...) Sur plusieurs centaines de pages, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer et Paul Charon dressent un catalogue impressionnant des actions menées par le régime chinois à l’étranger jusqu’à ces dernières semaines, repérées par des journalistes ou des chercheurs. Leurs études de cas des opérations de déstabilisation et d’intimidation menées en Suède et au Canada ces quatre dernières années sont particulièrement éclairantes (Libération, 21 septembre 2021)

"Tout professeur qui doit enseigner des questions sur la Chine en #HGGSP doit ouvrir cette œuvre de nuances. Mon seul regret est qu’elle ne sorte pas en papier" (Thibaut Poirot, Twitter, 21 septembre 2021)

"Un rapport très documenté (650 pages) de l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM), diffusé ce lundi, dévoile un programme systématique d’infiltration, d’intoxication et d’intimidation de Pékin à l’échelle mondiale" (Les Echos, 21 septembre 2021, p. 8)

"Le rapport publié ce lundi 20 septembre en France par l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (Irsem) sur les opérations d’influences chinoises fera date. Par son ampleur, 646 pages, et par les faits qu’il dévoile et dont on n’avait jusqu’à présent que le pressentiment" (La Dépêche du midi, 21 septembre, p. 18)

"An encyclopedia of CCP influence operations detailing, in 640 pages and over 3,000 footnotes, concepts and doctrine, actors, modus operandi and some case studies. https://irsem.fr/index.html Monumental !" (Nadège Rolland, Twitter, 20 septembre 2021)

"Une enquête fouillée de l’Irsem, publiée lundi 20 septembre, s’intéresse aux réseaux d’influence de la Chine dans le monde. Elle révèle une entreprise tentaculaire et mondialisée de Pékin pour imposer sa puissance et son modèle à toute la planète." (La Croix, 20 septembre 2021)

"Un passionnant rapport" (Usbek & Rica, 20 septembre 2021)

"La Chine acteur majeur de la guerre de l’information, les révélations choc du rapport de l’IRSEM, l’institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire, sur toutes nos antennes" (Vincent Giret, directeur de l’information de Radio France, Twitter, 20 septembre 2021)

"Ce rapport est excellent puisqu’il extrêmement complet et fouillé. C’est la 1ère fois en France qu’il y a cette capacité, de façon systématique, à démonter les efforts et les stratégies d’influence chinoise" (Antoine Bondaz, France Info, 20 septembre 2021)

"Une étude d’une ampleur sans précédent, de 650 pages, (...) dévoile le gigantisme tentaculaire et très professionnalisé des réseaux d’influence construits par la Chine partout dans le monde" (France Inter, 20 septembre 2021)

"Une entreprise tentaculaire, massive, cohérente, globale, tous azimuts, mondialisée : les mots manquent au profane pour décrire la protéiforme guerre d’influence engagée par la Chine pour démontrer sa puissance. Elle se révèle, d’une façon impressionnante, dans une étude exhaustive de 600 pages, publiée lundi 20 septembre au terme de deux ans de travail par l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (Irsem), et dont Le Monde a eu connaissance. Derrière « Les opérations d’influence de la Chine », ses auteurs, Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, décrivent une bascule récente du régime de Pékin, qualifiée de « moment machiavélien » : « Le Parti communiste chinois [PCC] semble désormais convaincu qu’il est plus sûr d’être craint que d’être aimé" (Le Monde, 4 septembre 2021)